Mon Ebook à moi

Cette fonctionnalité est encore expérimentale.

Brainstorming en file indienne

brainstormingenfileindienne_20180919_101802.jpg
Objectif : Réguler l'énergie, (co)-produire
Type d'outil : Exercices corporels ou sensoriels
Taille du groupe : De 13 à 30 personnes, Plus de 30 personnes
Déroulé détaillé : Un outil de brainstorming qui met en mouvement le corps et l'esprit !
Il a été découvert par Simon lors d'une formation BAFD et redécouvert lors d'une animation aux Grands voisins avec Audrey Auriault, Simon Sarazin et Romain Lalande.

Utilité
Ce petit outil d'animation permet à un groupe d'exprimer toutes ses idées ou représentations autour d'un sujet. Il est particulièrement adapté quand vous souhaitez effectuer un brainstorming avec un groupe sans passer par une séquence qui nécessite trop d'écoute.

Déroulement
  • Demandez au groupe de se positionner en deux files indiennes parallèles, face à un grand tableau blanc ou à deux feuilles de paperbord
  • Donnez un feutre à la première personne de chaque file et invitez -les à exprimer leurs idées sur le sujet posé directement en écrivant sur le tableau (ce peut être un concept "les Communs" ou une question "qu'est-ce qui freine et facilite la coopération?"
  • Une fois que le premier de la file a finit, il donne son feutre au second, se replace derrière s'il le souhaite et ainsi de suite

Avantage
  • Permet de prendre connaissance des représentations de tous sans nécessité trop d'écoute
  • Permet à chacun de prendre connaissance des idées des autres au moment où il le souhaite
  • Permet des échanges informels / de se resservir un café tout en étant en file indienne
Variantes et bonifications :
  • Possibilité d'animer la séquence autour d'une question, et de constituer deux files pour deux réponses possibles, en permettant à chacun de passer zero, une ou plusieurs fois dans chaque file
Matériel nécessaire :
  • Deux feuilles de paperboard
  • Des post-it
  • Des feutres
Licence d'utilisation la ressource : CC BY SA
Aut·eur·rice·s ou historique des contributions : Romain Lalande
Contribut·eur.rice·s ayant expérimenté cet outil :
Préparation : Préparer les deux feuilles de paperboard ou le tableau blanc en inscrivant la thématique ou le sujet du brainstorming bien en évidence.

Jeu de la ville (découvrir les méthodes agiles dans un projet coopératif)

jeudelavilledecouvrirlesmethodesagiles_20180419_152802-1024x1024.jpg
Objectif : (co)-produire
Type d'outil : Processus de gouvernance, Animation de groupe
Taille du groupe : De 6 à 12 personnes
Durée : 60 à 120 min
Valeur ajoutée / utilité de l'outil en une phrase : Exercice dynamique, permet d'aborder la notion d'itération
Résumé du déroulé (500caractères) :
En groupe, réaliser une ville avec des legos, à coup d'itérations successives !
Déroulé détaillé : Utilité pédagogique
Vivre la vie d'un projet coopératif en accéléré
Vivre les concepts-clés Agiles : itération, planification, sprint, bilan de sprint



Déroulé

Consignes & définition de "notre ville à construire" – 5 à 10 minutes

Vous devez construire une ville.
Que doit-on trouver dans une ville ? Les participants proposent des éléments, qu’on note sur des post-its (le groupe sera à la fois le décideur ET l’exécutant) et remplir la colonne « Notre ville à construire»

A choisir par les animateur·ices
  • mode brainstorming pour les éléments de la ville ?
  • ou proposition-validation pour chaque élément ? (plus partagé, mais plus long)

Puis repartissez-vous en groupes de 5-6 personnes, de sorte à former plusieurs équipes.


Planification n°1 – 3 min

Chaque groupe décide le ou les éléments de la ville qu’il va réaliser et prend le(s) post-it(s) concerné et le placer dans la colonne « À faire »

Itération 1 – 7 min

Les groupes commencent à construire la ville.

C'est souvent le bazar, inorganisé. Des tensions se créent chez certaines personnes. Des tempéraments dominants ou agressifs peuvent ressurgir à cette phase, justement parce les groupes et les processus de co-construction n'ont pas été travaillés.

Bilan de l’itération - 20min (parfois plus long, si besoin)

On l'anime en 3 temps :
1) Nos avancées : chaque groupe présente et fait passer les post-its dans la colonne "Fait" > factuel, incontestable.
2) Prise de recul sur nos processus et interactions ? Internes à chaque groupe, et inter-groupe. Pour les organisateurs du jeu, veiller à questionner sur :
  • • Expression du vécu et des ressentis personnels (exprimer mon ressenti, puis mon besoin puis ma proposition pour améliorer si nécessaire). Moment important car il permet de réguler si besoin les tensions et/ou inconforts nés durant l'itération.
  • • Le mode d'organisation interne au groupe (dont place de l'animateur ?), la com' interne
  • • Communication interne / relation entre les membres du groupe

Après cette phase essentielle de bilan, on se projette sur la prochaine itération en se mettant d'accord sur des nouveaux modes d'organisation à mettre en place, à tester.

Il est important de rappeler que ce jeu titille au niveau
  • Individuel : si je ressens un inconfort ou des tensions, pourquoi est-ce que ça me met dans cet état ?
  • Intra-groupe : en l'absence de cadre co-construit, comment les humains se complètent ou se marchent dessus dans mon groupe ?
  • Inter-groupes : jusqu'où arrive-t-on à prendre en compte ce qui est extérieur à notre groupe ? Comment bien se coordonner avec les autres groupes ?

Notes : dès ce 1er bilan, les groupes expriment le besoin d'avoir une fonction de coordination pour leur groupe et une coordination inter-groupe (des représentants de chaque groupe).
Parfois sont aussi créés des rôles spécifiques : responsable de la cohérence de l'aménagement, responsable de la consommation des ressources (= les légos) etc...
Plus rarement, les groupes décident de fusionner pour ne former qu'un seul groupe. Parfois, cette décision arrive après la 2e itération.


3) Notre ville : doit-on ajouter/retirer des choses de la colonne « ma ville à construire »


Cycle n° 2 : planification + Itération + Bilan

Reproduire la même chose
+ faire survenir des événements extérieurs si le groupe avance trop facilement.
Par exemple, des nouvelles réglementations apparaissent :
  • • Un jardin public pour 10 constructions
  • •Llimitation de la hauteur des constructions : 3 étages maxi
  • • Centre-ville uniquement piéton + parking voiture à l'extérieur
  • • Espace de maraîchage en pourtour de la ville et dans la ville
  • • Corridors écologiques à respecter
  • • Site archéologique, tous les travaux de tels bâtiments sont suspendus pour l'itération à venir
Ou surgissement de catastrophes naturelles :
  • • Inondation d'1/4 de la ville, obligation de déplacer les habitants et habitations dans d'autres quartiers


Cycle n° 3 : planification + Itération + Bilan

Reproduire la même chose, y compris surgissements d'événements imprévus


Bilan du jeu

Bilan collectif en groupe
puis apport de contenus structurés au rebond (notamment via la carte https://www.mindmeister.com/989523764 )
Analyse : lors de la 1ère itération, le groupe se plonge dans l'action, souvent en mode "collaboratif" dans la précipitation, alors même que :
  • • ils n'ont pas l'habitude de travailler ensemble (pas de maturité du groupe)
  • • ils n'ont pas l'habitude de travailler sur ce genre de projet (pas de réflexe ni d'expérience passée)
On voit souvent que les 3 groupes décident de passer en mode plus coopératif à la 2ème itération, afin de canaliser les flux, d'organiser l'action collective.
Si la 2ème itération a bien fonctionné du point de vue des processus, la 3ème ne sert alors qu'à peaufiner cette organisation.
Matériel nécessaire :
  • Boite de légos
  • Tableau veleda en tant que support de la ville (possibilité d'écrire/dessiner avec des feutres), ou a minima une feuille de paperboard - pour apposer en dessous en cas de dessin
  • Feutres
  • 1 Paperboard (en tant qu'outil de suivi du projet) avec 4 Colonnes : notre ville à construire, à faire, en cours, fait
Licence d'utilisation la ressource : CC BY SA
Aut·eur·rice·s ou historique des contributions : Nicolas Geiger
État de la ressource : Diffusable
Contribut·eur.rice·s ayant expérimenté cet outil :

Mandala / Autoportrait

mandalaautoportrait_mandala-ensemble05-2017-400x400.jpg
Objectif :
Type d'outil : Processus de gouvernance
Taille du groupe : De 6 à 12 personnes, De 13 à 30 personnes
Déroulé détaillé : Durée nécessaire : 2 à 3 heures

Avantages
  • donne une vision complète de l’organisation (des valeurs jusqu’au projets concrets)
  • nécessite peu de temps
  • les personnes repartent avec une vision partagée de leur structure

Inconvénients
  • Le résultat écrit est synthétique alors qu’il est le fruit de nombreux échanges : cette richesse vécue n’est pas évidente à transmettre aux personnes absentes (voir paragraphe ci-dessous « Après l’animation : rendre visible la photographie »)
  • Pas toujours bien adapté aux organisations complexes, dont les projets sont transversaux.

Introduction

Expliquer l’exercice dans son ensemble : « on va peu à peu remplir les 3 cercles : d’abord les valeurs, puis les principes, et enfin les actions. »

Expliquer brièvement ce que recouvrent ces 3 termes :
  • Valeurs : l’éthique et la raison d’être de l’organisation. Pourquoi existons-nous ? Quels sont nos valeurs ? Quel modèle souhaitons-nous promouvoir ?
  • Principes / Attitudes : ce sont la façon dont nous mettons en œuvre nos valeurs, nos principes pour agir. On y retrouve parfois des attitudes individuelles ou collectives.
  • Actions : ce sont les projets concrets menés par notre organisation, actuels ou en préparation (ou projets passés à ré-activer). C’est la « partie visible » de l’organisation.

Énoncer des règles de facilitation du groupe:
  • exercice basé sur la diversité des points de vue donc le respect de la parole est indispensable
  • accueillir avec bienveillance les avis et positions d’autrui
  • essayer d’écouter, essayer de comprendre plutôt que convaincre
  • liberté de mouvement, ne pas hésiter à se lever, à bouger
  • plus d’autres à votre convenance !

Étape 1 : cercle « valeurs et éthique »

1.1 Réflexion individuelle

Distribuer les papiers/post-it d’une même couleur.
Les participants disposent de 10 minutes (en silence) pour se recentrer et écrire sur ces papiers ce qu’ils estiment être des éléments fondamentaux du groupe : quelle est notre raison d’être ? Quels sont les valeurs que nous défendons ?
Écrire un mot (ou à défaut une phrase courte) sur un papier (1 idée par papier)
Il n’y a pas de limite au nombre de papiers par personne.

Qu’entendons-nous par « valeurs » ? Ce sont des éléments stables, qui évoluent assez peu au cours de la vie de l’organisation/du groupe. Ce sont eux qui ont motivé l’engagement des personnes et souvent la création de la structure.

1.2 Mise en commun

Sur la base du « pop-corn », chacun-e présente ses papiers et explique en quelques mots le sens de ce qu’il/elle a écrit.
Lorsqu’une autre personne a un papier similaire ou lié, elle abonde dans le même sens ou complète en donnant une nuance.

L’animatrice-teur modère les échanges, récupère les papiers au fur et à mesure qu’ils sont exprimés et les place dans le rond central « valeurs », en essayant de rassembler les papiers similaires.

Bonus « représenter les valeurs les plus partagées »
Si un regroupement comporte 5 papiers identiques, on pourra empiler 5 légos afin de donner une représentation verticale.

Lorsque tous les papiers ont été verbalisés, l’animatrice-teur doit vérifier 2 choses auprès du groupe
  • 1/Les valeurs importantes pour ce groupe/organisation figurent-elles bien dans le cercle ? (Si non, il est possible d’en ajouter, avec modération)
  • 2/ Avant de passer au cercle suivant, validons ce 1er cercle : êtes-vous bien d’accord avec ces valeurs ? Y-t-il un veto sur une ou plusieurs valeurs ?

Remarque : cette étape des « valeurs » peut paraître rébarbative pour les personnes qui aiment le concret et l’action, mais elle est essentielle pour la suite de l’exercice d’une part, et surtout pour le groupe d’autre part. En effet, ces valeurs pourront servir de « grille de lecture » des actions (nos projets sont-ils bien au service de nos valeurs?). Elle sera le cadre de référence du groupe.

Remarque : il arrive que certains papiers relèvent davantage des « principes » que des « valeurs ». L’animatrice-teur creuse la question avec la personne pour qu’elle précise son idée et voit avec le groupe si le papier doit rester dans le cercle « valeurs » ou si on le bascule par anticipation sur le cercle « principes ».

Étape 2 : cercle « Principes / Attitudes »

Ce cercle est souvent plus difficile à appréhender par les participants. Pour les y aider, on peut donner
un exemple : « l’éducation populaire », le « faire avec plutôt que faire-à-la-place » sont des principes généraux. Ce ne sont ni des valeurs ni des projets concrets.
Un conseil : exprimer ces principes avec des verbes à l’infinitif.

2.1 Réflexion individuelle

On distribue les papiers d’une autre couleur (que le cercle « valeurs »)
Comme pour l’étape 1, on procède en 2 étapes :
  • 1. 10 minutes de réflexion individuelle où chacun-e pose ses idées sur les papiers (1 idée par papier)
  • 2. Mise en commun et échanges

2.2 Mise en commun : organiser et segmenter

Durant la mise en commun, l’animatrice-teur récupère les papiers au fur et à mesure qu’ils sont exprimés oralement par les participants et les pose dans le 2ème cercle. Elle/il doit être alors particulièrement concentré-e pour organiser les papiers par pôles structurants. Ce travail est bien sûr flexible et évolue tout au long de cette Étape 2.
On peut utiliser des Legos pour matérialiser des segments (des parts de camembert) dans le 2eme cercle.

Remarque : le cercle « valeurs » ne doit pas être segmenté. On considère que les valeurs sont transversales et qu’elles guident autant les principes que les actions.

2.3 Validation de l’étape 2

Avant de passer à l’étape 3, on demande si les principes essentiels sont bien présents dans le cercle.
Puis on demande au groupe si la répartition de ces principes en segments semble correspondre à leur représentation. En tant qu’animatrice-teur, on doit être conscient que le groupe peut remettre en question la répartition qu’on a faite durant cette étape 2. Il est important que le groupe valide collectivement cette segmentation.

Conseil : on peut d’ores et déjà prolonger les segments sur le 3ème cercle, afin de faciliter l’étape 3.

Étape 3 : cercle « Projets / Actions »

Ce dernier cercle est plus facile à appréhender, car il s’agit de lister les projets concrets, les actions visibles.
Comme pour les étapes 1 et 2, on procède en 2 étapes : réflexion individuelle , puis mise en commun/discussions

3.1 Réflexion individuelle

On distribue les papiers d’une 3ème couleur (autre couleur que les cercles « Valeurs » et « Principes »)

3.2 Mise en commun

Durant la mise en commun, l’animatrice-teur récupère les papiers au fur et à mesure qu’ils sont exprimés oralement par les participants, et les place dans le segment qui correspond le mieux : une action viendra ainsi illustrer concrètement un ou plusieurs principes/attitudes.

Conseil : on peut prévoir un segment « Divers » au cas où des actions « météores » ne trouvent pas leur place dans les segments existants.

Remarque : si il y a beaucoup d’actions « divers », 2 interprétations possibles :
  • les segments ne correspondent à la réalité de la structure et il faut les remodeler
  • la structure souffre d’un manque de cohérence entre ses actions et ses principes.

Il est possible de compléter avec des nouveaux papiers (=nouvelles actions) autant que nécessaire.

A la fin de cette 3ème étape, il est intéressant que le groupe se mette d’accord sur des intitulés aux segments « principes-action »

Remarque : si une action concerne 2 segments, on peut la mettre à cheval. Si elle concerne 3 segments ou plus, on devra l’écrire sur 3 papiers différents qu’on posera dans les 3 segments concernés. On atteint alors la limite de cette animation pour des projets complexes ou transversaux.

Pour conclure l’exercice

Ensuite, on peut faire une analyse de cette photographie avec les participants. Il faut bien expliquer aux participants que cette photographie et cette analyse sont valable aujourd’hui, et ne reflète pas forcément le passé ou le futur de la structure. Voici quelques questions pour guider cette analyse :
Comment sont réparties les actions dans les différents segments ? >> Montre sur quoi la structure se concentre en ce moment
L’un des segments est-il vide ou presque ? >> Montre qu’aucune action ne vient concrétiser ce segment (pas prioritaire, ou pas assez de moyens….)
Si on a utilisé le bonus des 3C ci-dessus, on peut aussi analyser chaque segment au regard du nombre d’action à conserver, à cesser et à créer.

Après l’animation : rendre visible le résultat

C’est un enjeu important : comment faire en sorte que les personnes absentes le jour de l’animation s’approprient le résultat obtenu.

Le minimum : une photo

On prendra en photo le résultat :
  • une photo d’ensemble
  • et une photo de chaque segment
Cela permettra de garder des traces de ce travail.



La bonne idée : rendre le résultat visible et « beau »

Sous forme de facilitation graphique


Ou en traduisant sous forme d’Arbrifeste : http://www.multibao.org/#lilianricaud/travail-en-reseau/blob/master/arbrifeste.md

Sous forme numérique

Le rendu sur numérique demandera de saisir.
  • un paragraphe sur les valeurs
  • Puis un paragraphe par segment, c’est à dire qui rassemble les principes et les actions qui y sont rattachées
Variantes et bonifications :

Les bonus à la fin de l’étape 3

Il est possible de compléter ce 3ème cercle avec les actions futures ou souhaitées. On pourra notamment utiliser la méthodes des 3C « Conserver – Cesser – Créer », afin de discuter des actions et les prioriser selon 3 niveaux :
  • Conserver : cette action doit être conservée ou bonifiée
  • Cesser : on doit arrêter cette action, ou la modifier en profondeur
  • Créer : cette action n’existe pas et pourtant elle serait pertinente, il faut la créer.
Afin de gagner en efficacité, on peut répartir cette analyse « 3C » en sous-groupe : 1 sous-groupe par segment, qui se charge de discuter de chaque action et de lui attribuer l’un des « C ». Un temps de restitution et débat en grand groupe est ensuite nécessaire.
Temps nécessaire pour le bonus des « 3C » : de 1h à 3h en fonction du nombre d’actions et du nombre de participants.
Matériel nécessaire : Legos
Feutres
Papiers de 3 couleurs différentes (papiers libres ou post-it)
Ficelle (prévoir 5m pour être tranquille)
Licence d'utilisation la ressource : CC BY SA
Aut·eur·rice·s ou historique des contributions : Nicolas Geiger
Contribut·eur.rice·s ayant expérimenté cet outil :
Préparation : Au sol, représenter un rond. On peut utiliser une ficelle pour cela, car on peut en ajuster assez facilement le diamètre. Mais il est tout à fait possible de tracer un rond à la craie au sol par exemple.

Utiliser les gestes de communication non verbale

Objectif : Décider ensemble et s'aligner
Type d'outil : Exercices corporels ou sensoriels
Taille du groupe : De 2 à 5 personnes, De 6 à 12 personnes, De 13 à 30 personnes, Plus de 30 personnes, Participants volatiles
Déroulé détaillé : Les gestes de communication silencieux permettent à chacun d'exprimer un ressenti immédiat sans avoir besoin de s'exprimer oralement, et donc sans empêcher l'autre de s'exprimer. Cela évite également le prises de parole parasites sans frustrer par impossibilité de s'exprimer.

Parmi les signes les plus utilisés :

  • pouce en l'air pour montrer qu'on partage ce qui est dit
  • le "Bravo" des sourds-muets pour célébrer
  • la main repoussant devant soit figure un stop : montre, à l'inverse, notre désaccord ou le fait qu'on ne partage pas ce qui est en train d'être dit
  • la main qui tourne près de sa tête pour figurer que ce que j'entends me fait réfléchir
  • raccourcis!" en faisant comme un entonnoir avec les mains (pour dire qu'on manque de temps, il faut conclure)
  • le doigt qui fait "non" pour signaler qu'on n'a pas compris le terme ou pour demander des éclaircissements
  • les bras qui moulinent pour signaler "je décroche, passons à autre chose !"
  • la main en forme de renard : demande le retour au silence ...


Attention aux gestes trop appuyés qui, à l'inverse, peuvent couper la parole à celui qui s'exprime. Commencer au début avec juste 2 ou 3 gestes pour ne pas tout mélanger. Ne pas hésiter à reformuler une intervention ou une question pour vérifier qu'on a bien compris, sans interpréter.

illustration
Licence d'utilisation la ressource : CC BY SA
Aut·eur·rice·s ou historique des contributions : Sarah Gaucher, Alice Oschner, Romain lalande, Cré-sol
Contribut·eur.rice·s ayant expérimenté cet outil :

FIN

Contenu en ligne sur la page : https://interpole.xyz/?EbookLp .pdf